LES GRANDS PERSONNAGES DE LA FRANCOPNONIE CANADIENNE

EXPLORONS L'UNIVERS DE LA FRANCOPHONIE CANADIENNE avec des grands noms qui ont contribué à sa richesse

EnglishRetour

LITTÉRATURE

Gabrielle Roy

Date de naissance :
22 mars 1909

Ville :
Saint-Boniface

ManitobaProvince :
Manitoba

Vocation :
Écrivaine

 


Photo : Studio Zarov avec la permission de Les éditions Boréal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Retour
English

 

Lorsque Gabrielle Roy est toute petite, son père est chargé d'accueillir les nouveaux immigrants qui arrivent dans l'Ouest canadien. Son travail lui permet de fréquenter des gens de différentes cultures. En 1913, le licenciement de son père à quelques mois de la retraite plonge la famille dans une situation précaire. De là découlent sa grande préoccupation pour la pauvreté et le mode de vie de ses personnages dans ses romans.

Gabrielle Roy gagne quelques prix d'excellence à l'école, ce qui l'aide à financer ses études. En 1929, elle obtient un brevet d'enseignement à l'École normale de Winnipeg. Elle débute alors une brève carrière d'institutrice dont elle gardera de très bons souvenirs. En 1937, au grand dam de sa mère, elle quitte la maison familiale et décide de séjourner en France et en Angleterre pour y étudier l'art dramatique. En 1939, la guerre gronde en Europe ; elle décide alors de s'installer à Montréal pour y vivre de sa plume. Elle collabore comme pigiste dans différents journaux et, en 1945, elle publie Bonheur d'occasion, roman qui la consacre comme écrivaine de grand talent. C'est le début d'une carrière prolifique au cours de laquelle une avalanche d'œuvres littéraires sont publiées. Gabrielle Roy reçoit plusieurs prix qui confirment son immense talent. En 1947, l'année de son mariage avec le Dr Marcel Carbotte, elle reçoit, pour Bonheur d'occasion, le prix Fémina, une médaille de l'Académie canadienne-française et le prix du gouverneur général du Canada pour la traduction en anglais (The Tin Flute) de son premier roman. Ils vivent trois années en France où elle écrit son roman préféré, La petite poule d'eau, publié en 1950. Ensuite, le prix du gouverneur général lui est à nouveau remis pour Rue Deschambault (1955) et Ces enfants de ma vie (1977). En 1956, le prix Duvernay lui est décerné pour l'ensemble de son œuvre, ainsi que les prix Athanase-David en 1970, Molson et Gibson en 1978 et le prix de littérature jeunesse du Conseil des Arts pour Courte-Queue en 1980. Gabrielle Roy est membre de la Société royale du Canada depuis 1947 et membre d'honneur de l'Union des écrivaines et écrivains québécois depuis 1977.

En 1952, le couple déménage à Québec et, en 1957, il achète un chalet à Petite-Rivière-Saint-François. C'est à cet endroit que Gabrielle passe tous ses étés et qu'elle y rédige une bonne partie de son œuvre. Le 13 juillet 1983, Gabrielle Roy meurt d'insuffisance cardiaque. Son autobiographie, La Détresse et l'enchantement, est publiée en 1984. La reconnaissance de l'immense talent de Gabrielle Roy ouvre de nouvelles frontières aux écrivains francophones du Canada. Romanesques ou autobiographiques, ses romans décrivent avec chaleur les milieux pauvres et modestes des villes du temps où elle vivait.

 

 

 

 Suivant

 


LES GRANDS PERSONNAGES DE LA FRANCOPNONIE CANADIENNE